A l’ombre de Satan

Quelle guerre était-ce déjà? La première ? La seconde? La troisième ou la quatrième ? Il n’en savait rien car depuis le commencement de ses souvenirs les Arabes luttaient contre quelque chose ou quelqu’un. Toute l’histoire de la Ouma n’a été qu’une suite de guerre. Et elle n’en avait gagné que dans les livres d’histoires et les poèmes déclamés à la radio. Puis le lendemain des guerres, les peuples se réveillaient avec une gueule de bois comme au lendemain d’une cuite avec du mauvais vin, en plus des regrets et des maux de tête et d’estomac et une envie de vomir ses entrailles. Les chefs faisaient de grands discours pour essuyer leur défaite sur des mains invisibles, traîtresses, ennemies du peuple et du gouvernement, jalouse du bien-être et du développement de la patrie. Mais, heureusement, le chef est toujours là pour arrêter les manigances insidieuses et tendancieuses de tous les ennemis du pays: vive le chef et tous les chefs sauveurs des peuples. Et pourtant, tout recommençait: les gens enfantaient des soldats en attendant une nouvelle guerre qui est généralement plus meurtrière que toutes les précédentes, et ainsi de suite.

Auteur :

Poète, nouvelliste et romancier, Moha Souag est né à Boudenib, dans le sud-est du Maroc où il a longtemps enseigné le français. Voix marquante de la littérature marocaine contemporaine, il se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture. Son roman Nos plus beaux jours a reçu le prix Grand Atlas 2014. Il est l’auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles dont certains sont traduits en turc et en arabe.

Auteur(s) Souag, Moha
Maison d'édition Editions Le Manifeste
Collection Roman / Conte
Année 2020
Genre(s) Roman
Format Numérique et papier
Langue Français
Prix 45 dhs
ISBN 978-9920-9042-1-6