Coronavirus, la fin d’un monde

  • Najib, Abdelhak

«Coronavirus, la fin d’un monde», à ne pas confondre avec la fin du monde. Ce sont là deux choses complètement différentes, bien que nous soyons enclins à penser l’effondrement de cette pseudo « civilisation» dans les vingt prochaines années.

Au plus tard, en 2050, c’est un monde qui tombe en ruines, c’est un monde qui s’achève et un autre doit prendre place, un monde différent dont les deux auteurs de cet ouvrage expliquent les aspects et les spécificités. Mais là n’est pas le propos. 

Cet ouvrage est une réflexion philosophique et psycho-sociologique, une analyse anthropologique également de ce qu’un événement planétaire inattendu peut causer comme dégâts dans un monde fragile et finissant. Le virus, Covid-19, est ici pris comme prétexte et comme ancrage temporel pour analyser le monde où nous vivons aujourd’hui.

En tant qu’écrivain et poète, Abdelhak Najib a abordé la thématique tragique de la fin du monde. Dans «Le pays où les pierres parlent», dans «Finis Gloriae Mundi» (La fin de la gloire du monde) et dans «Vitriol».

De son côté docteur Imane Kendili, psychiatre, addictologue et sexologue, écrit des livres et des chroniques où elle parle constamment d’un monde qui a déjà rendu l’âme et d’un autre monde qui prend sa place, et avec lequel nous devons composer en nous adaptant à une vie déshumanisée.

Les deux auteurs ont réagi sur le vif, au moment du confinement pour faire une lecture de la situation dans le monde et pas uniquement au Maroc.

On l’a bien vu, il suffit qu’une chauve-souris éternue en Chine pour que le monde entier s’enrhume. Ce qui vaut pour d’autres pays vaut également pour le Maroc. Nous sommes dans le même bateau qui navigue à vue, dans un monde fou. C’est cela la vérité qu’il faut regarder en face.

Auteurs

Abdelhak Najib et Imane Kendili

Auteur(s) Najib, Abdelhak
Maison d'édition Les Éditions Orion
Année 2020
Genre(s) Essai
Nb. de pages 300
Langue Français
Prix 300 dhs
ISBN 978 9954 707 60 9