Le peintre dévorant la femme

«Je suis un “Arabe » invité à passer une nuit dans le musée Picasso à Paris, un octobre au ciel mauvais pour le Méditerranéen que je suis. Une nuit, seul, en enfant gâté mais en témoin d’une confrontation possible, désirée, concoctée. J’appréhendais l’ennui cependant, ou l’impuissance.

Pour comprendre Picasso, il faut être un enfant du vers, pas du verset. Venir de cette culture-là, sous la pierre de ce palais du sel, dans ce musée, pas d’une autre. Pourtant la nuit fut pleine de révélations : sur je le meurtre qui peut être au cœur de l’amour, sur ce cannibalisme passionné auquel l’orgasme sursoit, sur les miens face à l’image et le temps, sur l’attentat absolu, sur Picasso et son désespoir érotique.»

Prix de la Revue des deux mondes 2019

Auteur

Né en 1970 à Mostaghanem, Kamel Daoud a été journaliste au Quotidien d’Oran où il a tenu la chronique « Raïna raïkoum ». Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont « La préface du nègre » (nouvelles, barzakh, 2008, Prix Mohammed Dib). Son roman « Meursault, contre-enquête » (barzakh, 2013; Actes Sud, 2014) lui a valu une reconnaissance internationale et de nombreux prix littéraires parmi lesquels le goncourt du premier roman 2015. Son second roman, « Zabor ou les Psaumes » (barzakh et Actes Sud), 2017) a reçu le prix Méditerranée 2018.

Auteur(s) Daoud, Kamel
Maison d'édition Virgule Editions
Année 2021
Genre(s) Roman
Taille 13,5 x 21 cm
Format Papier
Nb. de pages 205
Langue Français
Prix 90 dhs - 16 €
ISBN 9789920701426