Le Tissu de nos singularitésVivre ensemble au Maroc

Ce livre, fruit de trois ans de travaux réguliers du Collectif du vivre ensemble initié par Fatéma Mernissi dès novembre 2012, interroge les mutations des liens sociaux au Maroc.

Quels rapports entretient-on avec le savoir, la langue, la religion, l’égalité des sexes ? Avec la figure du père et de l’étranger ? Avec l’espace, le travail et le virtuel ?

À partir de ces neuf clés de lecture, les auteurs tentent de comprendre les tensions que crée l’accès à l’individualité, avec les émancipations et excès qui en découlent, ainsi que le déni de la collectivité et ce que cela engendre comme injustices.

Extrait :

Au XIIème siècle, dans son roman philosophique Hay Ibn Yaqdan, le savant Abou Bakr Ibn Tofaïl oppose l’être seul au monde et l’être vivant avec les autres. Hay, jeune ayant échoué dans une île déserte tropicale où il fut élevé au milieu de la flore et la faune par une gazelle, accéda par la seule méditation solitaire à la métaphysique, perçant les secrets de l’univers. Autodidacte – dans le sens que lui donne le philosophe Jacques Rancière : « celui qui essaie de tracer sa voie hors des chemins normaux » –, il atteint un tel raffinement de la pensée qu’il devient l’exemple ultime de l’être se suffisant à lui-même, n’ayant nullement besoin de société.

[…] Cette oscillation entre sociabilité et retrait est l’attitude adoptée par les personnes qui gardent en elles le rêve de rester distinctes tout en contribuant à la vie en société, d’avoir une parole singulière et de rencontrer une écoute collective. Chose que Hay, dans son rôle d’être solitaire-solidaire, n’a pas pu réaliser, ou que le diktat d’une société endoctrinée a empêché d’advenir. Ainsi, l’utopie du vivre ensemble, comme l’explique Roland Barthes, consiste à « trouver un projet suffisamment fort pour rapprocher les gens sans s’aliéner à un discours contraignant qu’il soit politique, religieux ou idéologique ». Mais comment y arriver ?

Comment y arriver aujourd’hui, alors que les excès de violence se mondialisent et les réflexes identitaires favorisent le repli sur soi et le déni de l’altérité ? Comment réapprendre à écouter la multitude sociale ? Comment apprendre à nouveau observer la pluralité humaine ? Comment pressentir l’inhumain dans les agissements de l’homme et garder vivace le souci de l’inclusion sociale ? Comment concilier le rapport à soi et l’acceptation, voire l’empathie envers l’autre ? Comment accepter des compromis, en assumant ses choix et sans céder au conformisme ? Comment, en partant des connaissances partagées, mieux penser cette complexité ?

 Les auteurs :

Le Collectif du vivre ensemble, sous la direction de Fadma Aït Mous et Driss Ksikes

Auteur(s) Aït Mous, Fadma
Maison d'édition En toutes lettres
Collection Les Presses de l'Université Citoyenne
Année 2016
Genre(s) Essai
Format Papier
Nb. de pages 278
Langue Français
Prix 95 DH - 20 €
ISBN 978-9954-36-991-3