Les beaux jours de Kayan

- 2021

Il pleuvait des cordes et dans la nuit, les routes non-éclairées rendaient la conduite dangereuse. Les automobilistes avançaient à tâtons en s’aidant du bord de route et, entreprise hasardeuse, des feux de position des autres voitures. Jules rentrait du dispensaire et devait emprunter la bretelle à droite pour prendre l’échangeur qui mène à Sakhrit el-Hawa. Roulant à vive allure, il n’avait pas vu le séparateur en béton endommagé par les nombreux accidents. Sa voiture avait emboîté le rebord de ciment usé et dentelé, terminant sa course sur un poteau électrique, endommageant l’avant de sa voiture ainsi que le pare-brise. Le choc l’avait propulsé sur la chaussée, lui qui ne respectait pas le port de la ceinture de sécurité —pourtant miraculeusement obligatoire depuis quelques années au Liban—, et cela à cause de douleurs chroniques au bassin, une des séquelles qu’il gardait depuis l’obus. Inconscient, Jules était resté au sol, sous la pluie, de longues minutes avant qu’une voiture s’arrêtât et alertât la Croix-Rouge. Les sirènes et les lumières alternées du gyrophare l’avaient sorti de son étourdissement

Les beaux jours de Kayan nous parle, à travers l’histoire dramatique de Véra, d’un Liban encerclé, meurtri, d’une guerre qui ne porte même plus son nom. Le roman traverse, avec subtilité, les événements de la vie de Véra, jeune femme courageuse, honnête et déterminée, amoureuse d’un homme accidenté et qu’elle pensait frigide, prête à offrir son aide, offrir sa présence à une famille syrienne, migrants en fuite d’une autre guerre.

Michèle M. Gharios signe un roman touchant, qui ébranle même certaines convictions sur l’amour tout en offrant son avis politique sur la situation au Liban, sur la corruption, sur les projets immobiliers, autres guerres insurmontables. Le tableau est sombre. Il y a cependant et probablement grâce à l’écriture souple mais précise de l’auteure, de nombreux moments d’espoirs. Véra prend sa vie comme une fatalité. Elle souffre bien sûr, mais elle avance, se débrouille, aime. Elle aime d’un amour inconditionnel : son mari, le Liban et Kayan. Mais qui est Kayan ?

Auteure

Née à Beyrouth, Michèle M. Gharios est poète et romancière. Après une maîtrise en Gestion et Management, elle tourne le dos aux chiffres pour se dédier à son premier amour: les mots. Elle a publié plusieurs romans et recueils chez Dar an Nahar et Noir Blanc etc (Beyrouth), chez Maelström (Bruxelles), et chez La Cheminante (France) et a contribué à plusieurs recueils collectifs. Elle a participé à plusieurs lectures poétiques au Liban, en France et en Belgique. Les beaux jours de Kayan est son troisième roman.

Auteur(s) M. Gharios, Michèle
Maison d'édition Editions Onze
Année 2021
Genre(s) Roman
Taille 13 x 20cm
Format Papier
Nb. de pages 168
Langue Français
Prix 135 dhs / 15 €
ISBN 978-9920-9107-1-2