Les territoires de Dieu

  • Najib, Abdelhak

«Les Territoires de Dieu» est un roman qu’on écrit quand on désespère de Dieu, et aussi quand la certitude de sa désertion du monde se fait grande. Ce monde qui devient alors un théâtre aux contours hostiles et où même les enfants, salement cabossés par la vie, n’ont plus aucune issue. Ces enfants s’agitent dans tous les sens pour sauver leurs êtres à défaut de retrouver un sens au monde.

Un roman sur l’enfance ? Un roman davantage aux allures de poème épique, peut-on l’affirmer, car il est conçu, non en fonction d’une intrigue débilitante qui continue toujours de nous infantiliser, nous lecteurs, mais construit en fonction de tableaux finement ciselés.

L’auteur est un critique d’art et il s’en donne à cœur joie. On se réjouit dans ce roman de la qualité des portraits hautement humains et qui ensorcellent par le fait même du sortilège qu’ils charrient. C’est, autant le dire, il y a une part du maléfice qui fonde leur action dans ce roman. C’est un mal qu’ils combattent, désarmés. Ce mal qui vient d’ailleurs, vagues déferlantes dans des existences vulnérables d’enfants en mal de vivre. Jamais ces enfants ne font de mal, ils le subissent, malgré eux. Ils peuvent en être des monnayeurs, des faux monnayeurs, avec une tragique inconscience. Dans les territoires de ce roman, il est des personnages grands, mais beaucoup de jeunes enfants. Ces derniers pullulent dans ce réduit si exigu où ils courent dans tous les sens à la recherche de quelque chose qui leur manque, mais dont ils ignorent la nature. Fatalement, ils se heurtent, se piétinent, se donnent des coups, s’entretuent, sans merci…

Auteur(s) Najib, Abdelhak
Maison d'édition Les Éditions Orion
Année 2019
Genre(s) Roman
Poids 0,60 kg
Format Papier
Nb. de pages 284
Langue Français
Prix 100 dhs
ISBN 978-9954-9681-1-6