Pouvoir et religion au Maroc

L’instrumentalisation de la religion cache un phénomène plus complexe qu’il n’apparaît de prime abord et qui est peut-être le fond du problème : le rapport ambigu à la modernité. Comment peut-on être moderne sans se renier? Les premières expressions laïques de la modernité mises en avant dans le monde arabe, avec le socialisme et le panarabisme, avaient échoué. Car, malgré les subterfuges et les expédients, ce qui est en jeu dans le recours à la religion, c’est à la fois la modernisation de l’État et de la société, sans brusquer ni l’un ni l’autre.
Paradoxalement, les partis à référence islamique deviennent des acteurs de l’histoire de la sortie du religieux de la sphère publique. Le recours à la tradition sublimée n’est qu’un subterfuge. Le recours à un référentiel éthique s’explique par la dérive morale, l’omnipotence du consumérisme, l’argent érigé en valeur, la mainmise du capital dans toutes les sphères et l’arrogance des détenteurs du pouvoir. Nous assistons à une sécularisation de la société et à une modernisation du champ politique. Ce tournant a besoin de baliseurs qui ne se contentent pas d’expliquer le monde, le leur, mais oeuvrent à le changer. C’est le grand dessein qui anime ce modeste travail.

Auteur :

Hassan Aourid est essayiste et écrivain. Il a notamment publié Aux origines du marasme arabe (essai), L’islam politique dans la balance (essai, en arabe) L’impasse de l’islamisme (essai), Le Morisque (roman), Tourments d’un âne (roman, en arabe)… Il enseigne la science politique à l’Université Mohammed V à Rabat et à Mundiapolis à Casablanca.

Auteur(s) Aourid, Hassan
Maison d'édition La Croisée des Chemins
Année 2021
Genre(s) Essai
Taille 14,5 × 2 × 21,5 cm
Poids 0,80 kg
Format Papier - Broché
Nb. de pages 192
Langue Français
ISBN 9789920769945